Table ronde sur la création d’entreprise en zone sensible

9 juin 2008 – Les créateurs d’entreprise dans les quartiers sensibles, parfois confrontés à certaines difficultés, peuvent avoir recours à des dispositifs d’accompagnement et de financement spécifiques. La création d’entreprise a cependant évidemment tout à fait droit de cité dans ces quartiers.

Intervenants

Sébastien Chaze, responsable des actions quartiers à l’Adie (Association pour le développement de l’initiative économique)

Gyl Coppey, adjoint à la déléguée générale de France Initiative

Sylvie Beugnet, responsable de Versant Nord Est initiative (VNEI) à Roubaix

Faycal Karahacane, créateur de la supérette la halle du Domaine de la Vallée à Mantes-la-Ville

Abdel Ali Mebarki, entrepreneur

Damien Deschepper, directeur du Crédit Mutuel de Sarcelles

GylCoppey-476x287px

Gyl Coppey

Les intervenants ont fait le point sur la création d’entreprises dans les « quartiers sensibles ». Gyl Coppey et Sébastien Chaze, ont rappelé que les quartiers mis en place par la politique de la ville représentaient un gisement important de créations d’entreprises : commerces, services, bâtiment… Mais leur développement peut nécessiter un accompagnement à la fois social et technique des entrepreneurs, certains devant affronter de nombreux problèmes personnels de financement, logement… Côté financement, les entrepreneurs disposent d’une large palette de dispositifs : prêts d’honneur, micro-crédits, primes…

Le témoignage de deux entrepreneurs, Faycal Karahacane et Abdel Ali Mebarki, a mis en lumière la détermination dont il fallait faire preuve pour réussir dans ces quartiers où le commerce doit satisfaire les besoins des entreprises et rester un lieu de convivialité. Certains font aussi de leur projet de création un véritable engagement pour prouver que l’entreprise a aussi le droit de cité dans ces quartiers.