Table ronde sur les enjeux de la dématérialisation pour les PME

14 mai 2013 – Alors que peu de PME ont encore franchi le cap de la dématérialisation, les intervenants ont exposé ses enjeux pour ces entreprises et les bénéfices qu’elles peuvent en tirer. Ils ont fait le point sur les obligations légales et les gisements d’économie et de compétitivité générés par le développement du numérique dans les PME.

Intervenants

Un représentant de l’éditeur Sage

Un responsable d’Omnikles, société spécialisée dans la mise en place méthodologique de la dématérialisation dans les entreprises

Un représentant de la FNTC (Fédération nationale des tiers de confiance), le syndicat de la dématérialisation

Une entreprise qui vient de passer à la dématérialisation

Un représentant de l’entreprise DPII

dematerialisation-476x287px

Risque d’erreurs limité

La dématérialisation se diffuse lentement dans les PME. Ce mécanisme qui transforme l’échange traditionnel de documents sous forme papier en un échange électronique, via internet, date pourtant d’une dizaine d’années avec l’apparition de la première télé-déclaration fiscale dédiée aux entreprises en 2001. Mais selon les différents intervenants, les PME n’ont pas encore profité des nombreux atouts qu’offre la dématérialisation, comme l’amélioration de la productivité, l’adaptation à la réglementation, la réduction des coûts ou la conquête de chiffre d’affaires.

La dématérialisation permet par exemple de gérer les demandes de congés des collaborateurs, les avenants au contrat de travail… La télé-déclaration permet également aux PME de déclarer plus vite les salaires aux différents instituts de prévoyance et de retraite, un gain de temps permettant aux dirigeants de se recentrer sur leur activité.

La facture électronique a fait l’objet d’une nouvelle directive européenne. Envoyée aux clients, elle peut ainsi être traitée plus rapidement car elle transite plus facilement dans les différents services pour sa validation. Le risque d’erreurs est aussi limité, car les informations contenues dans la facture électronique ne peuvent pas être modifiées. A la clé, des délais de paiement plus rapides. La dématérialisation limite aussi les coûts puisque l’affranchissement et la mise sous pli sont supprimés.

Conquête de nouveaux marchés

La dématérialisation permet aussi conquête de nouveaux marchés grâce aux appels d’offres des marchés publics. Pas moins de 100 000 appels d’offres sont publiés chaque année en France, soit 52 % pour le secteur du Bâtiment et des travaux publics, 12 % pour les dépenses de santé et 28 % pour les services. Les montants concernés oscillent entre 15 000 et plus de 200 000 euros. Mais les réponses électroniques représentent seulement 12 à 15 % des propositions remises. Il existe donc un potentiel important de développement pour les PME, qui seront de plus en plus incitées à adopter la dématérialisation. Les collectivités locales ont en effet la possibilité depuis le 1e janvier 2012 de leur imposer la dématérialisation dans leur consultation. Une veille électronique permet aux PME de connaître les appels d’offres et de postuler pour un faible coût. Et une signature électronique, indispensable pour répondre à une consultation, ne coûte que 200 euros pour trois ans.