Entretien avec François Asselin (CGPME)

Le 13 janvier 2015 – Le candidat à la présidence de la CGPME, François Asselin, dirigeant de l’entreprise éponyme et président de la CGPME Poitou-Charentes, et Geneviève Roy, vice-présidente de la CGPME en charge des affaires sociales qui s’associe à lui, ont présenté leur parcours et leur programme à la veille de l’élection du 21 janvier 2015.

Veille d’élection

A la veille de l’élection le 21 janvier 2015 d’un nouveau président à la tête de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), Jean-François Roubaud ayant décidé de ne pas se représenter après 12 ans de mandat, l’Ajpme a reçu François Asselin, président de la CGPME Poitou-Charentes et seul candidat en lice, ainsi que Geneviève Roy, vice-présidente de la CGPME en charge des affaires sociales, qui l’a rejoint sur un ticket.

Les deux candidats ont présenté leur parcours professionnel et associatif et leurs propositions.

Geneviève Roy dirige un hôtel à Paris, l’hôtel du Dragon. Elle est vice-président confédéral, chargée des affaires sociales à la CGPME, un domaine qu’elle juge essentiel et sur lequel elle représente la CGPME dans les négociations. Proche de ses idées, elle s’est ralliée à la candidature de François Asselin.

Trois principes

François Asselin est président de la CGPME Poitou-Charentes et vice-président de la Fédération Française du Bâtiment. Il dirige l’entreprise familiale éponyme qu’il a rachetée à ses parents depuis 1993. Spécialisée dans la restauration de patrimoine, cette PME compte 135 salariés.

François Asselin prône les vertus du dialogue avec les pouvoirs publics. Ses rapports avec le Medef devraient varier selon les sujets. La CGPME n’approuve pas l’accord formation, ni celui qui concerne la représentation des salariés, dont les négociations sont en cours.

La façon de gérer les dossiers qui les attendent sera surtout une question de méthode, selon  lui. Au programme : les discussions autour des retraites complémentaires en février 2015, le RSI (Régime social des indépendants)…

La CGPME veut être force de proposition, et participer à une construction positive du pays. François Asselin se donne trois principes : encourager la prise de risque plutôt que la sanctionner, considérer le travail comme une valeur positive, et accepter un peu moins de sécurité pour regagner de la liberté. « La valeur ajoutée, c’est l’homme », assure-t-il.

Que sont-ils devenus ?

François Asselin a été élu le 21 janvier 2015 président de la CGPME avec 97 % des suffrages. Geneviève Roy est à nouveau vice-présidente de la CGPME en charge des affaires sociales.